complément d'objets

Le fauteuil Paulistano

31 janvier 2016

Me revoilà (c’est pas trop tôt…), oui ça craint un peu, c’est pas comme ça que je pourrai fidéliser qui que ce soit ici, mais bon, on fait ce qu’on peut, hein…

Ah au fait !! Bonne année chers lecteurs 🙂 Ouf, c’était maintenant ou dans un an…

 

Paulistano

Pour fêter ce retour, un coup de coeur design vintage, et pour changer, un fauteuil ! Et par dessus le marché, un fauteuil pas donné, certes, mais qui ne coûte pas non plus un bras, un fauteuil pour lequel il est possible d’économiser, un fauteuil qui ne nécessite pas de casser son PEL, un fauteuil moins cher que le dernier MacBookPro, et qui ne sera jamais obsolète, lui, et sans nécessité de mise à jour 🙂 Misère je fais dans le lyrique, maintenant !
C’est ma chère belle-soeur, qui en possède une paire en cuir noir depuis grosso modo 2-3 ans, qui m’a mise sur la voie du Paulistano. The Way of the Paulistano. Parfaitement. Vous aussi vous avez la musique du Wu Tang dans la tête ? Elle hésitait entre deux modèles, un de Bo Concept et celui-ci, et m’a demandé mon avis. Comme les deux fauteuils qui lui faisaient de l’oeil étaient quasi au même prix, je lui ai conseillé de privilégier le Brésilien plutôt que le Danois, en fait le classique reconnu à celui qui ne sortira pas de l’anonymat et a depuis sans doute disparu du catalogue… C’est vrai, c’est un peu snob, mais pas que. Si elle s’en lasse (ce qui m’étonnerait), elle pourra au moins les revendre facilement (à moi, pourquoi pas ?). Cerise sur le gâteau, j’ai depuis le plaisir de m’y installer dès qu’on leur rend visite, et j’affirme sans détour qu’ils sont très confortables, élégants et ont l’allure sobre et légère. Le plus, c’est qu’on peut faire bouger l’assise sur le tube métallique, pour s’installer plus ou moins droit sur le siège, c’est génial !!

Mais arrêtons-nous là pour la petite histoire, et passons à la grande 🙂

Paulistano

Paulistano

 

La ré-édition du Paulistano par une jeune entreprise française est plutôt rocambolesque ! Un excellent article du Monde intitulé « Le fauteuil brésilien made in France » (par leur correspondant au Brésil Nicolas Bourcier) nous décrit les événements par le menu, je vais vous faire un petit résumé (l’article est restreint si vous n’êtes pas abonnés) et insérer quelques extraits (autant faire simple).

Paulistano

Croquis original du Paulistano par Paulo Mendes da Rocha

 

Ce fauteuil a été créé en 1957 par l’architecte brésilien, Paulo Mendes da Rocha, pour meubler les salons du très sélect club athlétique de Sao Paulo, qu’il a construit.

Paulo Mendes da Rocha

Paulo Mendes da Rocha assis dans sa création, avouez qu’il a l’air relax ;-)

Paulo Mendes da Rocha

à Sao Paulo, le club d’athlétisme construit par Paulo Mendes da Rocha

 

Pendant quelques décennies, le fauteuil survit modestement, très peu produit, voire même quasi oublié. Ce n’est qu’en 2003 qu’il est en quelque sorte redécouvert par le Français installé à Sao Paulo Matthieu Halbronn. Flairant la pépite design, il crée avec son frère et un autre associé la maison d’édition Objekto et signe un contrat de droit d’auteur avec l’architecte, dans le but de produire ledit fauteuil. L’idée est de rester sur une production locale, mais suivant un cahier des charges complexe et les normes internationales, avec un prix de vente d’environ 1500$.

« Le Paulistano est un objet compliqué car il ne possède aucune face cachée, explique Matthieu Halbronn. Il ne permet aucun défaut de coupe ni de montage, le tube d’acier et son cuir doivent être parfaits. » 

Mais voilà, ils se confrontent vite à divers obstacles, allant de la réevaluation de la monnaie locale, aux taxes à humeurs variables, à la bureaucratie, à une logistique défaillante, à un contrôle qualité peu scrupuleux qui oblige à toujours tout revérifier, aux fluctuations du marché des matières premières, et au manque de choix qualitatif en acier et cuir. Entre autres.

« Le Brésil sait faire pour de grosses chaînes de production, dit-il, nous nous sommes aperçus qu’il n’était pas équipé pour des fabrications design et de petites séries. »

Bref, afin de baisser les coûts, dès 2006, ils décident de délocaliser la production en France !!

« Aujourd’hui, l’acier de la structure du Paulistano est coulé dans les Alpes, en France pour l’acier et l’inox, en Italie pour l’acier carbone. Le cintrage et la soudure des barres sont réalisés en République Tchèque. Le cuir est tanné et teint végétalement à Rodez par une entreprise qui travaille aussi avec Hermès. La toile est tissée dans les Vosges, « à un coût qui n’est pas plus élevé qu’au Brésil », la couture est faite près d’Alès (Gard) et la sellerie piquée en Vendée. La dernière finition des barres de métal a lieu à Marseille, à quelques mètres du bureau d’Objekto. »

C’est pas beau, ça ??!!!

 

Paulistano

le Paulistano pour tous les goûts

 

On trouve le Paulistano dans les bonnes crèmeries design habituelles, et chez Objekto bien sûr. Il existe en plusieurs coloris, avec des assises en cuir mais aussi en toile, et même en maille métallique. On trouve des collections limitées comme celles éditées avec Missoni, par exemple. Et puis il existe aussi en version chaise de bureau, avec un piétement à roulettes (je suis moins fan, j’avoue)(et puis c’est nettement plus cher). La partie tubulaire en métal elle aussi varie selon les cas, en métal chromé, en noir, en blanc, etc…

Paulistano Missoni

les versions Missoni

Paulistano

la version bureau

 

Et maintenant, on file se rincer l’oeil avec des Paulistano dans de jolis intérieurs 🙂

Paulistano

Paulistano

Paulistano

Paulistano

Paulistano

 

Et dehors, il va très bien aussi ! Après tout, il est Brésilien, il se plait au soleil 🙂

Paulistano

 

J’espère que vous aussi avez été charmés par cet élégant fauteuil ! (toutes les photos ont été trouvées sur Pinterest)

Oserais-je vous dire à très vite ? bah non… c’est trop risqué… 😉 A la prochaine fois, c’est plus sûr !

 

 

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply Adeline 31 janvier 2016 at 22 h 40 min

    Heureuse de faire sa connaissance, et je le trouve très séduisant avec les pieds noirs !

    • Reply admin 31 janvier 2016 at 23 h 45 min

      Haha !! Un beau Brésilien au regard de braise 😉

  • Reply Aubépine 14 février 2016 at 12 h 26 min

    J’aime bien tes sélections!
    Sur ces photos, je préfère le Paulistano avec le piètement tubulaire noir et mat : la toile verte (le modèle sur lequel Paulo Mendes da Rocha est assis) est superbe de même que celle en coton ocre (la première image. à moins qu’il ne s’agisse du jaune, qui me plaît bien aussi, alors qu’habituellement c’est l’une des couleurs que j’aime le bien). En cuir Havane aussi.
    bon dimanche!

    • Reply admin 15 février 2016 at 0 h 15 min

      Merci pour ton commentaire 🙂 Oui moi aussi j’ai un faible pour la version tube noir + tissu, et ce vert tirant vers le kaki est absolument canon !
      PS : fin du suspense pour les lampes de chevet, j’ai commandé une paire de Doll (rouge et beige) quand j’ai eu une petite réduc chez MadeInDesign, mais elles n’étaient plus en stock donc je les attends encore. Bientôt j’espère…

  • Reply carreaux de ciment 3 novembre 2016 at 17 h 48 min

    Love the yellow one

  • Leave a Reply