Browsing Category

complément d’objets

complément d'objets

Coucou !

29 juin 2016

Les animaux en déco, ça peut être kitschouille, c’est vrai. Mais ça peut aussi être très beau, ou très poétique, ou très rigolo. Ou les trois.
J’ai décidé de me pencher sur les piafs. En fouillant le net pour mes inspirations origami, j’avais déjà craqué sur plein d’oiseaux, ce qui était assez logique, vu le thème. Et c’est un post lu il y a quelques mois sur le blog Aperceptions qui avait enfoncé le clou, Aubépine y donnait des tas d’idées de cadeaux de Noël avec des oiseaux dedans. Grosse bouffée de nostalgie avec le hibou Hulul et le journal La Hulotte !

Comme je suis un peu longue à la détente (ahem…), je vous fais ma petite sélection maintenant, m’en voulez pas. En plus, en ce moment (comme chaque printemps/été en fait), je fais une petite fixette sur une créature à plumes qui loge sur l’antenne de l’immeuble en face, nous gratifie chaque jour de son chant mélodieux (c’est un merle)(on l’a appelé Luis) mais nous bouffe nos fraises dès qu’on a le dos tourné. Je suis partagée, vous voyez, à la fois j’l’aime bien, et à la fois il m’horripile (les fraises, quoi !). (edit de dernière minute : c’est désormais un couple de merles qui dévore nos chers fruits. Monsieur préfère les fraises, tandis que Madame a un faible pour les framboises)(c’est important que le décor soit bien planté)

Bref je suis dans une phase ornitho-déco 🙂

On passera sur les coucous suisses, hein, même si je sais bien que ça revient à la mode…

Pour commencer par les enfants et remercier en passant Aubépine pour cette découverte, voici un joli mobile. Alors ils proposent aussi des versions avec des mouettes, des grues, ou même des poules, mais perso ce sont les hirondelles que je préfère chez Flensted. Petit prix pour beaucoup d’effet 🙂

mobile hirondelles Flensted

Le mobile hirondelles de Flensted

Et puis les mouettes, je les trouve super choux chez Cocon

mobile mouettes

Le mobile mouettes douillettes de Cocon

Encore du mobile, toujours du mobile, mais avouons que c’est simple et efficace, chez Snugstudio, une boutique Etsy…

mobile oiseaux

Mobile en bois de Snugstudio

 

Le coup de coeur vintage de cette série, car il en fallait bien sûr un, ce sont les lampes italiennes des années 60-70, en forme de toucans, très pop et préfigurant un peu le style du mouvement Memphis. Ici voici d’abord celui de Old Timer Ferrari Verona (OTF Verona), mais d’autres formes de toucans existent, comme celui de Fernando Cassetta produit par Tacman, avec pour l’illustrer un instagram de la jolie boutique parisienne Modernariato (pas loin de chez moi dans le 18ème). On trouve régulièrement ces lampes veilleuses sur internet et dans les boutiques vintage, autour de 300 euros, elles ont un charme fou !! Attention si vous en trouvez une, de ne pas utiliser une ampoule trop forte, cela cuirait le plastique et les dommages seraient irréversibles…

toucan-tucan-parrot-ferrari-oldtimer-sixties-memphis-vintage-design-italy-italian-3-662x441

Lampe toucan Old Timer Ferrari

lampe toucan fernando cassetta

Lampe toucan de Fernando Cassetta dans la vitrine de Modernariato à Paris

Une autre forme de toucan a été produite un peu plus tard dans les années 80, plus allongée et lampe de bureau, avec également le bec qui se referme et dans plusieurs couleurs, désignée par H.T. Huang à Taiwan. Elle est moins chère en principe (oui, parce que pas tout le temps…) !

lampe toucan HT Huang

Lampe toucan HT Huang

 

Plus sobres mais non moins charmantes, la série des Alouettes d’Atelier Areti, studio basé à Londres. On trouve ainsi des appliques, des suspensions, des lampadaires, des lampes de bureau… avec une ou plusieurs alouettes noires ou blanches délicatement posées sur les tiges.

lampe alouette atelier areti

La lampe de bureau Alouette d’Atelier Areti

 

Devenues célèbres, n’oublions pas les volières à suspendre ou à poser de Mathieu Challières… On les trouve un peu partout, notamment chez Conran Shop et Fleux, et puis au Bazar de l’Electricité à Bastille (la Mecque de l’électricien parisien, si vous ne connaissez pas, allez-y !!).

Volière Mathieu Challières

Volière Mathieu Challières

Volière de Mathieu Challières via Houzz, photo Julie Nabucet Architectes

 

Monument du design poétique, les lampes Lucellino d’Ingo Maurer, tiennent leur joli nom de la contraction de « luce » (lumière) et « uccellino » (petit oiseau). Elles aussi existent en appliques ou lampes à poser, et elles sont démultipliées dans la série Birdie.

Lucellino Ingo Maurer

Applique Lucellino d’Ingo Maurer

 

Encore Ingo Maurer pour cette autre pièce culte, la lampe aux pattes de cigognes rouges posées sur une assiette, Bibibibi !

bibibibi_2

 

Il semblerait que cette chère Bibibibi ait inspiré Urban Outfitters pour son guéridon sur pattes !

5520600430001_070_b

 

Pour terminer, parce qu’il faut bien que je m’arrête à un moment, les sculptures légères en fil de fer de l’artiste anglaise Celia Smith. Elle propose aussi des ateliers et des kits pour se lancer soi-même !

celia smith

Oeuvre de Celia Smith

 

Merci d’avoir patienté si longtemps avant que je ne reparaisse par ici, je ne suis pas trop trop assidue sur le blog, manque de temps… J’espère que cette petite sélection vous a plu ! Bonne semaine à tous !

 

 

 

 

complément d'objets

Le fauteuil Paulistano

31 janvier 2016

Me revoilà (c’est pas trop tôt…), oui ça craint un peu, c’est pas comme ça que je pourrai fidéliser qui que ce soit ici, mais bon, on fait ce qu’on peut, hein…

Ah au fait !! Bonne année chers lecteurs 🙂 Ouf, c’était maintenant ou dans un an…

 

Paulistano

Pour fêter ce retour, un coup de coeur design vintage, et pour changer, un fauteuil ! Et par dessus le marché, un fauteuil pas donné, certes, mais qui ne coûte pas non plus un bras, un fauteuil pour lequel il est possible d’économiser, un fauteuil qui ne nécessite pas de casser son PEL, un fauteuil moins cher que le dernier MacBookPro, et qui ne sera jamais obsolète, lui, et sans nécessité de mise à jour 🙂 Misère je fais dans le lyrique, maintenant !
C’est ma chère belle-soeur, qui en possède une paire en cuir noir depuis grosso modo 2-3 ans, qui m’a mise sur la voie du Paulistano. The Way of the Paulistano. Parfaitement. Vous aussi vous avez la musique du Wu Tang dans la tête ? Elle hésitait entre deux modèles, un de Bo Concept et celui-ci, et m’a demandé mon avis. Comme les deux fauteuils qui lui faisaient de l’oeil étaient quasi au même prix, je lui ai conseillé de privilégier le Brésilien plutôt que le Danois, en fait le classique reconnu à celui qui ne sortira pas de l’anonymat et a depuis sans doute disparu du catalogue… C’est vrai, c’est un peu snob, mais pas que. Si elle s’en lasse (ce qui m’étonnerait), elle pourra au moins les revendre facilement (à moi, pourquoi pas ?). Cerise sur le gâteau, j’ai depuis le plaisir de m’y installer dès qu’on leur rend visite, et j’affirme sans détour qu’ils sont très confortables, élégants et ont l’allure sobre et légère. Le plus, c’est qu’on peut faire bouger l’assise sur le tube métallique, pour s’installer plus ou moins droit sur le siège, c’est génial !!

Mais arrêtons-nous là pour la petite histoire, et passons à la grande 🙂

Paulistano

Paulistano

 

La ré-édition du Paulistano par une jeune entreprise française est plutôt rocambolesque ! Un excellent article du Monde intitulé « Le fauteuil brésilien made in France » (par leur correspondant au Brésil Nicolas Bourcier) nous décrit les événements par le menu, je vais vous faire un petit résumé (l’article est restreint si vous n’êtes pas abonnés) et insérer quelques extraits (autant faire simple).

Paulistano

Croquis original du Paulistano par Paulo Mendes da Rocha

 

Ce fauteuil a été créé en 1957 par l’architecte brésilien, Paulo Mendes da Rocha, pour meubler les salons du très sélect club athlétique de Sao Paulo, qu’il a construit.

Paulo Mendes da Rocha

Paulo Mendes da Rocha assis dans sa création, avouez qu’il a l’air relax ;-)

Paulo Mendes da Rocha

à Sao Paulo, le club d’athlétisme construit par Paulo Mendes da Rocha

 

Pendant quelques décennies, le fauteuil survit modestement, très peu produit, voire même quasi oublié. Ce n’est qu’en 2003 qu’il est en quelque sorte redécouvert par le Français installé à Sao Paulo Matthieu Halbronn. Flairant la pépite design, il crée avec son frère et un autre associé la maison d’édition Objekto et signe un contrat de droit d’auteur avec l’architecte, dans le but de produire ledit fauteuil. L’idée est de rester sur une production locale, mais suivant un cahier des charges complexe et les normes internationales, avec un prix de vente d’environ 1500$.

« Le Paulistano est un objet compliqué car il ne possède aucune face cachée, explique Matthieu Halbronn. Il ne permet aucun défaut de coupe ni de montage, le tube d’acier et son cuir doivent être parfaits. » 

Mais voilà, ils se confrontent vite à divers obstacles, allant de la réevaluation de la monnaie locale, aux taxes à humeurs variables, à la bureaucratie, à une logistique défaillante, à un contrôle qualité peu scrupuleux qui oblige à toujours tout revérifier, aux fluctuations du marché des matières premières, et au manque de choix qualitatif en acier et cuir. Entre autres.

« Le Brésil sait faire pour de grosses chaînes de production, dit-il, nous nous sommes aperçus qu’il n’était pas équipé pour des fabrications design et de petites séries. »

Bref, afin de baisser les coûts, dès 2006, ils décident de délocaliser la production en France !!

« Aujourd’hui, l’acier de la structure du Paulistano est coulé dans les Alpes, en France pour l’acier et l’inox, en Italie pour l’acier carbone. Le cintrage et la soudure des barres sont réalisés en République Tchèque. Le cuir est tanné et teint végétalement à Rodez par une entreprise qui travaille aussi avec Hermès. La toile est tissée dans les Vosges, « à un coût qui n’est pas plus élevé qu’au Brésil », la couture est faite près d’Alès (Gard) et la sellerie piquée en Vendée. La dernière finition des barres de métal a lieu à Marseille, à quelques mètres du bureau d’Objekto. »

C’est pas beau, ça ??!!!

 

Paulistano

le Paulistano pour tous les goûts

 

On trouve le Paulistano dans les bonnes crèmeries design habituelles, et chez Objekto bien sûr. Il existe en plusieurs coloris, avec des assises en cuir mais aussi en toile, et même en maille métallique. On trouve des collections limitées comme celles éditées avec Missoni, par exemple. Et puis il existe aussi en version chaise de bureau, avec un piétement à roulettes (je suis moins fan, j’avoue)(et puis c’est nettement plus cher). La partie tubulaire en métal elle aussi varie selon les cas, en métal chromé, en noir, en blanc, etc…

Paulistano Missoni

les versions Missoni

Paulistano

la version bureau

 

Et maintenant, on file se rincer l’oeil avec des Paulistano dans de jolis intérieurs 🙂

Paulistano

Paulistano

Paulistano

Paulistano

Paulistano

 

Et dehors, il va très bien aussi ! Après tout, il est Brésilien, il se plait au soleil 🙂

Paulistano

 

J’espère que vous aussi avez été charmés par cet élégant fauteuil ! (toutes les photos ont été trouvées sur Pinterest)

Oserais-je vous dire à très vite ? bah non… c’est trop risqué… 😉 A la prochaine fois, c’est plus sûr !

 

 

complément d'objets lumière

J’hésite…

19 octobre 2015

Dans le genre irrégulière sur le blog, je me pose là… En ce moment, j’avoue que passant beaucoup de temps sur le net pour le boulot, je n’ai parfois pas envie d’y passer encore toutes mes heures de temps libre. Même Pinterest, j’y vais moins, c’est dire ! Alors encore un post sur du luminaire, c’est vrai, mais qu’est-ce que vous voulez, j’adore ça 🙂

Et puis voilà : je voudrais de nouvelles lampes de chevet. Je ne suis pas satisfaite des miennes façon lampe en papier japonaises pas chères de chez Habitat. Elles sont mignonnes mais si légères qu’on les fait tomber tout le temps, ça m’énerve un chouilla… Quand, vendredi dernier en faisant un saut au Printemps Haussmann dans les étages consacrés à la maison, je tombe (je re-tombe, en vérité) sur des petites lampes colorées qui me font craquer depuis un certain temps, l’envie de changement refait surface (je n’ose pas dire le besoin, ce serait exagéré). J’arrive à les zapper de mes pensées quelques temps et à chaque fois que je les croise (un coup au BHV, un autre au Bon Marché…), je fonds. Les deux modèles qui me font de l’oeil sont très proches dans les displays des rayons de luminaires, et sont tous les deux faciles à vivre. Alors forcément j’hésite…

Je vous fais les présentations ?

La lampe Blom d’Andreas Engesvik pour Fontana Arte date de 2013. La forme s’inspire d’une fleur avec les pétales (en polycarbonate) que l’on peut faire tourner pour régler l’intensité de la lumière. Le diffuseur est en polyéthylène blanc laiteux façon opaline, et le socle en aluminium peint. On la trouve en 4 couleurs différentes au départ : rouge, gris clair, vert clair et jaune, et depuis d’autres teintes ont été créées : blanc, noir, vert émeraude, et aussi en bleu bientôt en exclusivité ici.

Elle mesure 24 cm et coûte autour de 130 euros.

Lampe-a-poser-Fontana-Arte-BLOM-Lampe-a-poser-Vert-9989-473

lampe Blom Fontana Arte

Lampe Blom Fontana Arte

Lampe Blom Fontana Arte

 

La lampe Doll de Ionna Vautrin pour Foscarini a été créée en 2012. Sa forme s’inspire des poupées japonaises Kokeshi, en bois peint. Son corps est en plastique coloré et la tête bulbe en verre soufflé, et un anneau noir opère une joli contraste entre les deux parties. Elle se décline en gris taupe, gris beige, rouge foncé et vert anis.

Elle mesure 22 cm de haut et coûte autour de 160 euros.

 

 

Lampe Doll chez Foscarini

Lampe Doll Foscarini

 

Lampe Doll chez Foscarini

Lampe Doll chez Foscarini

 

On les trouve aux endroits habituels : jolis rayons de luminaires des grands magasins, boutiques spécialisées partout en France, et sur internet chez Madeindesign, Lightonline, Archiproducts, Uaredesign…

J’ai une légère préférence pour… les deux. On n’est pas rendu 😉 Je me lance, ok, mais dans quelle direction ?

PS : ma moitié me fait remarquer qu’avant d’honorer nos chevets de jolies lampes design, je ferais bien de les débarrasser de tout leur bazar (surtout présent de mon côté, j’avoue, j’entasse)… Pas faux 🙂

 

 

 

 

complément d'objets lumière

La lampe Snoopy

21 septembre 2015

En bonne accro à Pinterest, je croise tout le temps des objets stars du design qui me font de l’oeil. Je me dis, comme dans la pub, « Je l’aurai, un jour, je l’aurai ! » (oui, sauf que ça n’a pas le même sens, je sais bien)… Mais comme notre appartement n’est pas extensible, et que (surtout) mon compte en banque non plus, je me contente la majorité du temps du plaisir des yeux. Et souvent, ça me suffit, voyez-vous 🙂

Pour ce premier coup de coeur vintage d’une longue série, j’ai choisi de me pencher sur la fameuse lampe Snoopy des frères Castiglioni.

Un peu d’histoire avant de la voir illuminer quelques intérieurs…

Cette lampe a été créée en 1967 par les designers italiens Pier Giacomo et Achille Castiglioni pour l’éditeur de luminaires Flos, avec lequel ils ont beaucoup collaboré dès les années 50 (la lampe Arco, c’est eux aussi). Leur style à la fois fonctionnel et minimaliste se teinte ici d’une note d’humour puisque sa silhouette s’inspire du personnage créé par Charles Schultz, Snoopy.

7406ecaa2abe394320370655edf029e3

 

C’est une lampe de table qui repose sur un socle en marbre de Carrare blanc légèrement incliné, surmonté d’un abat-jour en métal émaillé, en forme de champignon (après, vous pouvez y voir autre chose, vous êtes libres), reposant sur un disque de verre épais. Il y a 3 petits trous d’aération au sommet du réflecteur, et l’interrupteur est placé sur le socle de marbre (cerise sur le gâteau, on peut régler l’intensité lumineuse par ce bouton). C’est une petite merveille d’équilibre et de simplicité, bref, d’élégance !

lampe Snoopy Castiglioni Flos

La lampe Snoopy sous toutes les coutures, via AtelierTally

 

Alors, comme souvent, il existe des répliques (ils disent des reproductions, aussi) (des copies, en vrai) de la Snoopy, mais vu qu’elles coûtent pas loin d’un quart ou même parfois d’une demie Snoopy originale, je ne saurais trop vous conseiller de continuer d’économiser un peu pour vous offrir la vraie ! Vous ne l’en aimerez que plus 🙂 Surtout qu’elle est fabriquée en Italie, elle.

Neuve, on ne la trouve quasi qu’en noir et blanc (un peu comme Snoopy, quoi), et elle coûte entre 700 et 900 euros. On la trouve chez Conran Shop, chez Made in Design, chez Lightonline, et chez Archiproducts et Yoox où elle est moins chère…

Après il y a aussi des exceptions, comme les séries diffusées par exemple par la galerie de design danoise The Apartment (en vert ou en orangé, mais bien que les lampes soient produites par Flos, c’est la galerie qui se charge de les repeindre elle-même)(merci pour l’info, Déborah !!).

Ah oui, et quand on est millionnaire, on va chez Sotheby’s et on achète 137000 $ la pièce unique customisée par le designer Marc Newson pour la vente de charité RED… Oui, je sais… Mais c’est pour la bonne cause 🙂

 

lampe Snoopy Castiglioni Flos

La lampe Snoopy en pièce unique customisée pour la vente de charité (RED) en 2013, chez Sotheby’s

 

Il en existe des vintage avec le réflecteur vert, gris, orange ou bleu, et ça douille pas mal également (mais moins quand même)(c’est pas dur en même temps)(entre 1500 et 2500 euros). Mais c’est très beau. Une oeuvre d’art, une icône du design. UN INTEMPOREL.

Lampe Snoopy verte Castiglioni Flos

Lampe Snoopy verte via AtelierTally

 

Maintenant on se régale avec quelques Snoopy in situ.

Ilse Crawford, The Apartment, lampe Snoopy

Dans la galerie-appartement The Apartment à Copenhague, revisitée par Ilse Crawford, via Remodelista

lampe Snoopy Castiglioni Flos

Dans un appartement athénien décoré par le Studio Omerta, via Chaplins

bureau lampe Snoopy Castiglioni Flos

Sur un bureau à Madrid, via AD

Lampe Snoopy verte Castiglioni Flos

La lampe Snoopy customisée en vert par The Apartment, via LookdePernille

lampe Snoopy Castiglioni Flos

Chez Amal Rakibi et Hakim Berrah à Paris, via The Socialite Family

lampe Snoopy Castiglioni Flos

Chez Mathieu et Nadine à Paris, via leur super compte Pinterest Mattéo10

 

Zou, maintenant on se replonge dans Peanuts en écoutant la Ballade de Charlie Brown de Gainsbourg, et on y est presque 🙂 Belle journée à tous !!

complément d'objets

Inspiration origami #3

7 septembre 2015

 

Cette fois-ci, c’est la der des der. Promis. Evidemment, si je tombe (par hasard)(genre) sur un objet coup de coeur à l’avenir, je ne manquerai pas de vous le montrer, mais on va quand même faire un break quelques temps pour éviter l’overdose 😉

De nombreux objets ont été influencés par l’art de l’origami et le mobilier n’est pas en reste. Et là il n’est plus tellement question de s’inspirer des pliages en forme d’animaux bien sûr 🙂 Il n’y a quasiment aucun lien pour acheter quelque chose dans ce post, ou alors c’est au bout de la Terre, donc pas de panique pour le porte-monnaie, hein !

 

Beaucoup de sièges notamment…

tabouret origami

Tabouret de Jakub Piotr Kalinowski via WebUrbanist

 

canapé origami

Canapé « day bed » en cuir de Spacify via WebUrbanist

 

chaise pliable

Chaise pliable en feutre de Kako.Ko Design Studio via furnishh

 

chaise origami novague

Chaise Edge par Novague, via archiproducts

 

fauteuil origami

Fauteuil Oric origami de Yuji Fujimura via coroflot

 

Mais aussi des tables…

tian-zhen-Lotus-table

La table Lotus de Tian Zhen via usefulorigami

 

Table Piet Blom

Tables de Piet Blom, 1975, via midmod-design

 

Au sol avec les magnifiques carreaux de ciment de Sophie Fétro pour Carodeco…

carreaux ciment origami carodeco

Carreaux ciment origami de Sophie Fetro pour Carodeco

 

Et même jusqu’au plafond… La rosace en blanc (ou en couleurs), ça change des moulures classiques et c’est aussi plus simple à installer !

origami au plafond

Le Rhombus System de Fundamental Group via Flodeau

 

rosace de plafond

Rosaces de plafond Kroonuppe chez Lightonline

 

Pour le bouquet final, on fait dans le genre monumental…

architecture origami

Pavillon Bloomberg d’Akihisa Hirata situé devant l’entrée principale du Musée d’Art Contemporain de Tokyo

 

Aller, on en a fini avec les origamis ! Et comme toujours, on garde l’oeil ouvert, l’inspiration est partout ! Bonne journée 🙂

complément d'objets

Fous du volant

13 août 2015

Ca fait longtemps que je n’avais pas joué au badmington et quand j’ai vu les garçons faire une partie, ça m’a rappelé plein de souvenirs et donné envie ! Je me suis dit qu’un petit clin d’oeil sur le blog serait sympa !

L’objet qui m’a provoqué le déclic, aussi, c’est cette lampe volant créée par Godefroy de Virieu pour l’Atelier d’Exercices. Ce designer, vous devez le connaître, c’est notamment lui qui a fondé la marque Bacsac, les fameux sacs à planter super pratiques, que l’on trouve en plein de tailles et couleurs, maintenant ! Cet été, le magazine Côté Paris lui a consacré plusieurs pages, ainsi qu’à sa femme Stefania Di Petrillo et au paysagiste Virgile Desurmont, allez jeter un oeil, leurs appartements dans le 14ème sont juste déments !

Bref, cette lampe est vraiment jolie et devrait plaire à d’autres que les fans de badmington, non ? Elle tient par un bouchon en liège qui fait culbuto et est ornée de véritables plumes d’oie (que l’ont peut remplacer quand elles sont sales ou abîmées, pratique). Avec ses 26 cm, elle est bien plus grande qu’un véritable volant de badmington, ce qui en fait un très bel objet, décoratif et ludique à la fois ! On la trouve sur plusieurs sites internet dont celui d’Atelier d’Exercices (lien plus haut) et sur Monsieur Marcel, où elle a le bon goût d’être en promo 😉

lampe-volant

b4d297c5d6dc5e79520bfac94f9e064c

 

En version plus monumentale, on trouve aussi la lampe de Life Space Journey, ou encore, franchement géantes, les sculptures de Claes Oldenburg et Coosje van Bruggen.

lampe badmington

La lampe monumentale de Life Space Journey

 

Pour les amateurs de DIY, je trouve les guirlandes lumineuses à base de volants très chouettes. Alors au boulot, le mode d’emploi de Kitten Hood est nickel 🙂

guirlande lumineuse badmington

 

guirlande lumineuse badmington

 

guirlande lumineuse badmington

 

 

Et pour finir en beauté, nous aussi, restons chics pour jouer au badmington, comme nous le montre Rita Hayworth !

efa25115438836d7e3418d21ac6be514

complément d'objets

Bleu Blanc Rouge

14 juillet 2015

Aujourd’hui, fête nationale, clin d’oeil design au travers d’un objet tricolore !

Mon choix s’est porté sur la Low Chair de Eames, produite par Vitra, ici en jeans et avec des pieds laqués rouge, en édition limitée (et épuisée) dans la galerie de mobilier vintage Okay Artà Bâle en Suisse ! La version chaise (1ère photo) semble encore dispo 😉

 

Low Chair Eames Vitra Okayart

low chair eames vitra okayart

 

Beau 14 juillet à tous !!

 

complément d'objets

Vous prendrez bien un petit cocktail ?

6 juillet 2015

Le renouveau du fauteuil cocktail il y a grosso modo 5 ans est dû à tout plein de facteurs :

Petit 1, les meubles vintage sont à la mode, et les styles fifties et scandinaves en particulier.

Petit 2, ils sont trop mignons et sont souvent (re)tapissés de tissus colorés et/ou avec des imprimés sympas.

Petit 3, on en trouve facilement des vintage remis au goût du jour ou rafraichis.

Petit 4, on en trouve aussi plein de neufs, vu que les distributeurs de meubles surfent sur la vague du cocktail.

Petit 5, ils sont petits et compacts, donc très adaptés à nos intérieurs de citadins (mais en fait ils vont bien partout, hein, à la campagne aussi).

Petit 6, ils sont super confortables.

Petit 7, en principe, ils ne sont pas trop chers, même si les prix ont beaucoup beaucoup grimpé (quand même).

Que demande le peuple ? C’est du fauteuil 7 en 1 !

 

 

Les caractéristiques du fauteuil cocktail sont assez simples. Une assise bien dodue et épaisse, un dossier incurvé qui permet d’être bien maintenu, des pieds compas en bois un peu plus courts à l’arrière pour incliner légèrement l’assise et du coup avoir une position plus relax (moins collet monté, quoi)(en même temps, si on est collet monté, on se tiendra droit comme un i dans n’importe quel fauteuil…)(chacun fait comme il peut).

Ils sont tous à la fois identiques et en même temps un peu différents, donc on veillera à bien choisir le sien. Oui, certains manquent d’harmonie ou d’équilibre, concept hautement subjectif, c’est vrai, mais disons que l’assise est trop mince, les arrondis du dossier trop pointus, les pieds trop bas ou trop hauts, bref, y’a un truc qui cloche. Ca se voit tout de suite pour qui a déjà croisé la route de quelques fauteuils cocktail, et entre lui et vous, ça doit être « love at first sight » 🙂

Pour comprendre, un exemple de fauteuil cocktail moche (le pauvre…)(mais faut bien pouvoir comparer !)

fauteuil cocktail

Exemple de fauteuil cocktail pas terrible…

 

A cette base indispensable s’ajoutent parfois des détails décoratifs sur le dossier, comme du capitonnage, ou des nervures. Par ailleurs, certains présentent des accoudoirs en bois, mais personnellement, même si c’est joli et tout, ben j’aime un chouille moins (mais évidemment si on m’en donne un, je prends, et même je suis super contente). D’autres ont également des accoudoirs plus élaborés, gainés dans le même tissu (du coup, ça fait un peu fauteuil cocktail club, quoi…).

 

Et puis dans la famille cocktail, on peut demander le fauteuil, ou plus souvent la paire de fauteuils, mais on trouve aussi la banquette, ou le pouf.

sofa cocktail

Canapé cocktail trouvé sur Pinterest

 

Si vous le trouvez en brocante en piteux état, libre à vous de le re-tapisser si vous avez déjà de (très très) bonnes bases et du bon matos (et des voisins sympas), mais je suggérerais de se contenter de choisir un beau tissu qui colle bien avec votre déco, et de faire appel à un tapissier professionnel. Ce n’est pas comme si il y avait juste une petite galette à refaire. Le dossier est très courbe donc c’est galère de bien tendre le tissu de façon nickel, l’assise est épaisse donc faut assurer côté ressorts et mousse, et puis y’a souvent des passepoils à poser (à coudre, en fait), bref c’est du boulot. Et ne jamais oublier ce mantra de la tapisserie : « tissu pas cher, tissu galère ».

Ainsi, on peut s’éclater avec les imprimés, comme ce vendeur Etsy qui utilise du tissu Sanderson…

fauteuil cocktail tissu Sanderson

via la boutique de Duncombeoxleys sur Etsy UK

 

Si vous le trouvez vintage mais remis à neuf dans un tissu qui vous plaît, c’est tout bon. Ebay et le Bon Coin sont une mine d’or, il faut juste être patient et attendre le bon, c’est comme pour tout. J’ai trouvé ma paire en velours jaune sur Ebay Allemagne, par exemple, il y a 6 ans. Je les adore ! Après, j’ai eu du bol, car ils n’ont pas été refaits par un tapissier du dimanche (et parce qu’à l’époque ça valait quasi des clopinettes, genre 2 pour le prix d’un aujourd’hui), donc bien vérifier tous les avis des clients et les détails du vendeur, et si vous pouvez, essayez-le !

Le site Retour de chine propose par exemple celui-ci :

fauteuil cocktail Retour de chine

Fauteuil cocktail à vendre chez Retour de chine

 

Et Inspiration vintage propose de retapisser les fauteuils selon vos goûts, comme pour la paire suivante, très élégante.

fauteuils cocktails Inspiration vintage

Paire de fauteuils cocktails restaurés par Inspiration Vintage

 

Sinon, l’offre de fauteuils cocktail neufs est vraiment large et vous trouverez forcément votre bonheur quelque part.

D’abord, chez AMPM, le modèle Franck fait plutôt bien la blague, avec son cousin Jack aux accoudoirs (à chaque fois, plusieurs coloris ou imprimés). En plus, cerise sur le gâteau, ils ont aussi une banquette 2 places dans un tissu imprimé qui dépote !

Chez Made.com, le modèle Jersey a très bonne mine et est en ce moment en promo !

Bloomingville en propose aussi, ainsi qu’une banquette. Vous pouvez retrouver le fauteuil et son repose-pieds sur Decoclico par exemple ! Et un peu plus loin dans la sélection de fauteuils de ce site, vous trouverez ceux-là, on en mangerait 🙂

Sur ce, je vais m’installer dans un des miens avec le nouveau numéro d’Ideat, et pourquoi pas en sirotant un petit cocktail (avec beaucoup de glace, merci) !

A très vite !

 

complément d'objets

Inspiration origami #1

11 juin 2015

Ce qui est bien avec Pinterest, c’est qu’on joue un peu les chercheurs d’or de l’inspiration, et parfois (souvent), on y trouve des pépites !

C’est comme ça que je suis tombée sur une première lampe, qui en a amené une seconde, puis tout un fil d’objets raffinés et poétiques, inspirés des origamis. Mais comme j’en ai trouvé tout un tas, et que j’ai du mal à faire un choix, on va commencer ici par les luminaires. Ensuite viendront d’autres posts sur d’autres types d’objets. Je précise que certaines pièces sont épuisées ou plus commercialisées (oui je sais, c’est frustrant, mais c’est pas comme si on avait vraiment les moyens de se les offrir, hein…)(et si on ne veut pas se contenter du plaisir des yeux, en fouillant partout sur le net, on arrive parfois à les retrouver, faut juste être persévérant),  cependant c’est toujours un bonheur de découvrir de nouveaux designers, non ?

L’origami, ou l’art de plier le papier, a donné lieu à de très nombreuses interprétations dans les arts décoratifs, tant en papier qu’en divers autres matériaux allant des plastiques, au bois, au métal, au verre, etc…

On obtient particulièrement de beaux résultats pour les luminaires, car les facettes de l’effet pliage offrent des jeux d’ombres, de lumière et de transparence très intéressants. On croise pas mal d’animaux parmi ces objets, un peu normal dans la mesure où ils sont très présents dans l’art de l’origami ! C’est kawaiiiiiiiiii, comme on dit au pays du Soleil Levant 🙂

 

On commence fort, mi-origami, mi-trophée de chasse, avec cette série créée par SiStudio et réalisée dans un papier industriel résistant aux très hautes températures (ouf). On craque pour le cerf, le rhinocéros, le bouc, ou les trois !

origami hunter SiStudio

Origamis hunter par SiStudio

 

Ravissant aussi, cet oiseau sur son perchoir du designer Umut Yamac, qui s’anime et se balance doucement tandis qu’il s’éclaire.

Umut Yamac

Umuc Yamac Perch light

 

Le couturier japonais Issey Miyake et son studio de design ont créé en collaboration avec Artemide la collection de luminaires IN-EI. Chaque lampe est fabriquée en un seul morceau de tissu fait au moyen de bouteilles plastiques recyclées, et ne nécessite pas de structure interne pour tenir toute seule (détails ici et ). On les a vues notamment à la Fondation Cartier pour l’art contemporain pendant l’été 2014, et vous pouvez vous les offrir chez Made In Design qui propose toute la collec’.

Issey Miyake Fondation Cartier

Issey Miyake, IN-EI, installation réalisée pour l’exposition Mémoires Vives, 2014, Fondation Cartier pour l’art contemporain

 

Les magnifiques lampes « fractales » des designer Dario Stanziano & Batti sont en tissu et toutes cousues à la main.

Fractales Lamp / Dario Stanziano & Batti

Fractales Lamp / Dario Stanziano & Batti

Fractales Lamp / Dario Stanziano & Batti

Fractales Lamp / Dario Stanziano & Batti

 

Via designboom, une belle expression de l’inspiration origami en bois de teck, cuivre et feutre, par la designer des Emirats Aljoud Lootah.

lampe Oru de Aljoud Lootah

lampe de la série Oru, de Aljoud Lootah, 2015

 

Le métal se plie aussi très bien à la discipline 🙂 Pour preuve cette petite lampe de table designée par l’allemand Mirco Kirsch (Belt+Sund) présentée à plat et que vous pliez vous-même, sans outils (détails sur le site designboom).

lampe métal origami mirco kirsch

lampe pliable origami par Mirco Kirsch

 

En métal encore, du petit au monumental, pour la terrasse ou le jardin, les lampes de Nathalie Be, mi-cocottes en papier, mi-origamis.

lampe origami Nathalie Be

lampes d’extérieur Nathalie Be

 

Des pliages de notre enfance, les designers ont aussi récupéré le petit bateau comme celui de Lorena Canals chez Goodnight Light. Tellement mignon comme veilleuse pour une chambre d’enfant ! (on la trouve par exemple ici)

lampe bateau origami

lampe Paper Boat chez Goodnight Light, design Lorena Canals

 

Parce que j’essaie d’être exhaustive dans la variété de matériaux proposés (z’avez noté ce professionnalisme ?!!), voici des suspensions en porcelaine très fine et translucide, par Schmitt Design, trouvées via designmilk.

suspensions de Schmitt Design

suspensions en porcelaine Aspect, de Schmitt Design

 

Plus près de nous (aussi en terme de budget, ahem…), les jolies lampes de la boutique Etsy de Nelli Anna. Et puis on en trouve aussi sur Amazon, chez Habitat, chez Les Enfants du Design, et en version imprimée chez File dans ta chambre  ! Il n’y a qu’à faire un tour sur Google 😉

lampe origami Nelli Anna Etsy

lampe origami de Nelli Anna sur Etsy

 

Mais surtout, ce qui est bien, c’est qu’on peut se lancer et les fabriquer soi-même ! Il y a plein de tutos partout, comme celui-ci par exemple, et en français, s’il vous plait 🙂 (oui parce que souvent, c’est en anglais…). Faut avoir du temps devant soi, en revanche, parce que c’est du boulot !

A bientôt pour la suite !

 

 

complément d'objets

Déco sous cloche

25 mai 2015

C’est simple, depuis un bout de temps, on en voit partout dans les magazines, mais aussi en boutique, que ce soit à vendre ou pour créer un joli merchandising. Et si chez nous aussi, on tentait le coup ?

 

Ces globes en verre, avec souvent leur petit socle en bois, naturel, peint en noir ou brun très foncé, ne datent pas d’hier. Pour la petite histoire, tout ça vient de la tradition française des globes de mariées, principalement au 19ème siècle, époque Napoléon III. Et aussi des globes qui protégeaient les pendules de nos arrières arrières grand-mères de la poussière, sur les manteaux de cheminées. C’est d’ailleurs souvent aux horlogers qu’on confiait la réalisation des globes de mariées !

Globe de mariée Pendule Napoléon III

 

En plus des bouquets et des couronnes de mariées, on y ajoutait au cours de la vie d’autres objets souvenirs ou symboliques, à forte dimension occulte (anti mauvais oeil, gage de fertilité, de fidélité, de longévité et de tout un tas de trucs en -té…), racontant l’histoire du couple, ce qui leur confère encore aujourd’hui un certain côté « cabinet de curiosités » (bah voilà, qu’est-ce que je disais !), qui revient à la mode.

globe de mariée

 

Le retour du globe a donc naturellement commencé par des compositions riches symboliquement, inspirées des tableaux de vanités (pour faire court, nature morte symbolisant le côté transitoire de la vie humaine, au moyen de crânes, animaux morts, insectes, fruits abîmés, miroirs, fleurs qui se fanent, sabliers, bougies, montres, etc…)(que des trucs cool, quoi).

Et aujourd’hui, le champion toutes catégories de la vanité, c’est bien sûr le papillon !!!! D’abord sur le fond, il a une vie particulièrement éphémère, mais en plus, sur la forme, il est très esthétique. Que demander de plus ?

vanité crâne insectes papillons sous globepapillons sous globe en verre

 

Toujours dans l’esprit cabinet de curiosité, et si on n’assume pas trop les animaux naturalisés, on peut aussi opter pour des ersatz 😉

globe en verre aux oiseaux

 

 

Pour une déco éphémère ou pour tous les jours, avec nos petits trésors à nous, il est possible de créer des compos très sympas ! Comme celle de la photo suivante, trouvée ici.

buste sculpté sous globe en verre

 

Ou encore comme là, pour une ambiance plus brocante, bric-à-brac.

globes en verre brocante

 

 

Pour ceux qui sont restés de grands enfants, voici une autre idée pleine d’humour, et très facile à adopter ! Qui sait, peut-être qu’un jour, les figurines Lego Star Wars de mon beau-fils atterriront sous une cloche 😉

globe en verre voitures miniatures

 

Des tas de lampes d’appoint sont aussi conçues à partir de cloches en verre. Cela va de la jolie petite ampoule à l’entremêlement de leds, en passant par les guirlandes lumineuses, il y en a pour tous les goûts et si on est un peu bricoleur, il y a moyen d’en fabriquer une soi-même sans grandes difficultés. Il suffit pour ça d’avoir d’abord acheté son globe, soit vintage (mais dans ce cas, c’est quand même dommage d’y faire des trous pour passer des fils électriques ou la douille), soit neufs. Celui d’AM-PM fait très bien l’affaire, et il existe en deux tailles assez grandes. Ceux de Comingb sont aussi très bien mais en formats plus mini, choisissez un socle en marbre super chic ou en bois naturel pour un esprit plus scandinave !

Voici une version DIY et une version plus aboutie et très chouette de chez Maison Aimable.

guirlandes lumineuses sous clochelampe sous globe maison aimable

 

Ah ! Et sur beaucoup de photos, sur les sites de vente comme sur Pinterest, on voit des cloches en verre avec des bougies dedans… Ahem… Comment vous dire ? C’est très joli mais c’est une mauvaise idée !!! Ca ne marche que si vous avez une fausse bougie (attention y’en a des très moches… mais je vous fais confiance, vous avez super bon goût), avec le petit led qui remplace la mèche à brûler. Sinon, parce que c’est vrai que ça fait une ambiance franchement sympa, il faut opter pour une cloche en verre avec une ouverture en haut. Je vous en ai trouvé une magnifique (oui oui, carrément, et le prix aussi, un peu… mais faut ce qu’il faut, parfois) chez Made in Design. La voilà, d’ailleurs, présentée dans un jardin (avouez que c’est beau !) :

bougies russes Marcel By

 

La tendance des cloches en verre a si bien pris que les designers s’en inspirent pour créer des objets contemporains, un pied dans la tradition, un pied dans l’innovation (ici et  mais épuisé pour l’instant).

souscloche charlotte Juillard

lampe Sous-Cloche de Charlotte Juillard

cédric ragot

horloges Mantel par Cédric Ragot pour Innermost, chez Made In Design

 

Le sujet étant sans fin, faut bien que je m’arrête à un moment… Ayé, vous avez craqué ?