inspirations

L’été en terrasse

3 août 2016

J’étais en vacances. Oui oui, c’est à l’imparfait…

Dans l’idée d’en profiter un peu plus, je me suis dit qu’une petite sélection de jolies terrasses urbaines, ça me ferait du bien. Et puis peut-être à vous aussi ?

J’ai la chance d’avoir une terrasse à Paris, oh pas énorme, hein, mais quand même c’est un chouette luxe. Si quelques-unes de mes plantes ont péri pendant la canicule, car je n’étais pas là pour les bichonner, j’essaie malgré tout de garder cet espace extérieur présentable, même si je ferais bien de m’inscrire à Silence ça pousse !! 🙂 On peut la voir très régulièrement dans mon Instagram, vous pouvez y jeter un oeil et me donner votre avis, les conseils sont les bienvenus !

Je ne donnerai pas de cours de jardinage, ce n’est pas l’idée (et je suis loin d’être une pro…). L’idée, c’est plutôt de rêvasser, se prélasser, et de s’inspirer, pour son propre balcon/terrasse, ou bien pourquoi pas celui de ses parents, voisins, amis, ou encore pour la cour de son immeuble !

C’est parti ! Pas besoin de trop de commentaires. Si on a la chance d’en avoir une jolie à proximité, on en profite, on réalise sa chance et aussi on prend des notes pour l’améliorer. Sinon on ferme les yeux (après les images, hein…), on s’y croit et/ou on fait des projets.

Pour commencer, des balcons et terrasses perchés en ville…

terrasse

balcon

balcon

terrasse

terrasse

terrasse

terrasse

terrasse

 

Et maintenant, quelques mini cours privées, en ville toujours, comme on en rêverait 🙂

terrasse

terrasse

terrasse

terrasse

 

Vous avez dû noter que j’ai sélectionné de petits espaces extérieurs dans des immeubles en ville. En fait, j’ai déjà eu beaucoup de mal à faire une sélection tant Pinterest est une mine sur le sujet, que j’ai abandonné les terrasses sur de vrais jardins. Sinon je ne m’en sortais plus ! Si ça vous dit, je peux y penser pour une prochaine fois ?

En tous cas, ces photos m’ont donné envie de re-poser des caillebotis en bois chez moi. On avait dû retirer toutes les planches clouées à l’arrache par l’ancienne proprio au moment du ravalement de notre immeuble, et je m’habitue moyennement à la peinture résine couleur rouille qu’on nous a imposé… Et de votre côté, des réactions ? N’hésitez pas à me dire en commentaire comment vous gérez votre bout d’extérieur en ville (ou pas) !!

Bon été à tous, si quelqu’un passe par ici 😉

 

 

complément d'objets

Coucou !

29 juin 2016

Les animaux en déco, ça peut être kitschouille, c’est vrai. Mais ça peut aussi être très beau, ou très poétique, ou très rigolo. Ou les trois.
J’ai décidé de me pencher sur les piafs. En fouillant le net pour mes inspirations origami, j’avais déjà craqué sur plein d’oiseaux, ce qui était assez logique, vu le thème. Et c’est un post lu il y a quelques mois sur le blog Aperceptions qui avait enfoncé le clou, Aubépine y donnait des tas d’idées de cadeaux de Noël avec des oiseaux dedans. Grosse bouffée de nostalgie avec le hibou Hulul et le journal La Hulotte !

Comme je suis un peu longue à la détente (ahem…), je vous fais ma petite sélection maintenant, m’en voulez pas. En plus, en ce moment (comme chaque printemps/été en fait), je fais une petite fixette sur une créature à plumes qui loge sur l’antenne de l’immeuble en face, nous gratifie chaque jour de son chant mélodieux (c’est un merle)(on l’a appelé Luis) mais nous bouffe nos fraises dès qu’on a le dos tourné. Je suis partagée, vous voyez, à la fois j’l’aime bien, et à la fois il m’horripile (les fraises, quoi !). (edit de dernière minute : c’est désormais un couple de merles qui dévore nos chers fruits. Monsieur préfère les fraises, tandis que Madame a un faible pour les framboises)(c’est important que le décor soit bien planté)

Bref je suis dans une phase ornitho-déco 🙂

On passera sur les coucous suisses, hein, même si je sais bien que ça revient à la mode…

Pour commencer par les enfants et remercier en passant Aubépine pour cette découverte, voici un joli mobile. Alors ils proposent aussi des versions avec des mouettes, des grues, ou même des poules, mais perso ce sont les hirondelles que je préfère chez Flensted. Petit prix pour beaucoup d’effet 🙂

mobile hirondelles Flensted

Le mobile hirondelles de Flensted

Et puis les mouettes, je les trouve super choux chez Cocon

mobile mouettes

Le mobile mouettes douillettes de Cocon

Encore du mobile, toujours du mobile, mais avouons que c’est simple et efficace, chez Snugstudio, une boutique Etsy…

mobile oiseaux

Mobile en bois de Snugstudio

 

Le coup de coeur vintage de cette série, car il en fallait bien sûr un, ce sont les lampes italiennes des années 60-70, en forme de toucans, très pop et préfigurant un peu le style du mouvement Memphis. Ici voici d’abord celui de Old Timer Ferrari Verona (OTF Verona), mais d’autres formes de toucans existent, comme celui de Fernando Cassetta produit par Tacman, avec pour l’illustrer un instagram de la jolie boutique parisienne Modernariato (pas loin de chez moi dans le 18ème). On trouve régulièrement ces lampes veilleuses sur internet et dans les boutiques vintage, autour de 300 euros, elles ont un charme fou !! Attention si vous en trouvez une, de ne pas utiliser une ampoule trop forte, cela cuirait le plastique et les dommages seraient irréversibles…

toucan-tucan-parrot-ferrari-oldtimer-sixties-memphis-vintage-design-italy-italian-3-662x441

Lampe toucan Old Timer Ferrari

lampe toucan fernando cassetta

Lampe toucan de Fernando Cassetta dans la vitrine de Modernariato à Paris

Une autre forme de toucan a été produite un peu plus tard dans les années 80, plus allongée et lampe de bureau, avec également le bec qui se referme et dans plusieurs couleurs, désignée par H.T. Huang à Taiwan. Elle est moins chère en principe (oui, parce que pas tout le temps…) !

lampe toucan HT Huang

Lampe toucan HT Huang

 

Plus sobres mais non moins charmantes, la série des Alouettes d’Atelier Areti, studio basé à Londres. On trouve ainsi des appliques, des suspensions, des lampadaires, des lampes de bureau… avec une ou plusieurs alouettes noires ou blanches délicatement posées sur les tiges.

lampe alouette atelier areti

La lampe de bureau Alouette d’Atelier Areti

 

Devenues célèbres, n’oublions pas les volières à suspendre ou à poser de Mathieu Challières… On les trouve un peu partout, notamment chez Conran Shop et Fleux, et puis au Bazar de l’Electricité à Bastille (la Mecque de l’électricien parisien, si vous ne connaissez pas, allez-y !!).

Volière Mathieu Challières

Volière Mathieu Challières

Volière de Mathieu Challières via Houzz, photo Julie Nabucet Architectes

 

Monument du design poétique, les lampes Lucellino d’Ingo Maurer, tiennent leur joli nom de la contraction de « luce » (lumière) et « uccellino » (petit oiseau). Elles aussi existent en appliques ou lampes à poser, et elles sont démultipliées dans la série Birdie.

Lucellino Ingo Maurer

Applique Lucellino d’Ingo Maurer

 

Encore Ingo Maurer pour cette autre pièce culte, la lampe aux pattes de cigognes rouges posées sur une assiette, Bibibibi !

bibibibi_2

 

Il semblerait que cette chère Bibibibi ait inspiré Urban Outfitters pour son guéridon sur pattes !

5520600430001_070_b

 

Pour terminer, parce qu’il faut bien que je m’arrête à un moment, les sculptures légères en fil de fer de l’artiste anglaise Celia Smith. Elle propose aussi des ateliers et des kits pour se lancer soi-même !

celia smith

Oeuvre de Celia Smith

 

Merci d’avoir patienté si longtemps avant que je ne reparaisse par ici, je ne suis pas trop trop assidue sur le blog, manque de temps… J’espère que cette petite sélection vous a plu ! Bonne semaine à tous !

 

 

 

 

inspirations

Cure de vitamines

10 mai 2016

Comme il fait pas mal gris (euphémisme), alors qu’on se réjouissait il y a tout juste deux jours que c’était quasiment l’été et que la saison des pique-niques avait repris (quelle naïveté…), j’ai eu comme une petite envie de couleurs pop et vitaminées, histoire de nous laisser dans ce bain !

cuisine

Une cuisine et sa touche pop, par l’architecte Camille Hermand, via Archilovers

 

Point météo déco :

J’aime les changements de saisons dans l’absolu, ça rythme l’année, mais je ne change pas ma déco en fonction du climat, trop de boulot, et pas de place pour stocker une déco d’été et une déco d’hiver… Genre de septembre à mars, dans les magazines, les vitrines, dans la mode et dans les intérieurs, paf, finies les couleurs vives, la gaité, faut devenir raccord avec la météo et la rentrée des classes, en somme. Et puis hop, dès avril-mai, ça se radoucit, ça y est, on y a à nouveau droit, ouf, merci ! Je préfère quand il y a toujours un peu de couleur dans ma maison, mes fauteuils jaune me réchauffent le coeur quand il fait nuit à 18h, et les coussins colorés sur le canapé me réconfortent quand c’est le printemps mais qu’il fait tout gris et qu’il pleut (comme aujourd’hui). Bon ok, j’exagère un chouïa mais bon, les intérieurs monochromes, c’est pas trop mon truc, trop froid et impersonnel. Un lieu de vie minimaliste tout blanc-gris-noir, je ne sais pas vous, mais je ne supporterais que dans un pays chaud, avec un ciel en permanence bleu et où en fait, je passerais mon temps sur la terrasse ; dans nos contrées ce serait la déprime la moitié de l’année. Non ?

Une touche de peps, même pas grand chose, c’est simple et ça fait du bien au moral 🙂

 

tabouret bar jaune

Une paire de tabourets de bar jaune via A beautiful mess

déco table rouge

Une carte de l’Europe vintage et colorée et une table basse rouge via thedesignsponge

tapis kilim bleu

Un kilim coloré via Sulu-design

deco

Un petit buffet vintage repeint en rouge (j’ai quasi le même trouvé dans la rue et repeint en orange) et des fanions, via Inside Closet

canapé bleu

Un canapé bleu dans un loft à Cape Town via Elle Decoration

salle à manger

Pour égayer une salle à manger contemporaine, des chaises Eames multicolores, via Joinspaces

chaises vertes

Les chaises en bois repeintes en vert dans une cuisine suédoise, via La maison d’Anna G

rouge

Quelques touches de rouge dans une chambre d’enfant, via Planete Deco

euphrosine

Un détail des coussins chez moi aussi, hop ! Les coussins, le seul détail déco vraiment facile à interchanger !!

 

Pas la peine de repeindre tout l’appart’ ou d’en faire des caisses, un objet bien choisi dans une couleur vive, sans être agressive, et tout change autour de nous 🙂

Et chez vous, les vitamines, c’est seulement dans l’assiette ou aussi en déco ?

 

inspirations

Du carrelage graphique et poétique

14 avril 2016

Alors, je vous l’accorde, ça n’a pas l’air tellement glam, comme ça, mais croyez-moi, on peut vraiment avoir un coup de coeur pour du carrelage ! Ou en tous cas, ça m’arrive, à moi…

La semaine dernière, alors que je cherchais du carrelage pour une cliente, je suis tombée en arrêt devant une vitrine. Non, pas devant des souliers Michel Vivien (mon chausseur chéri), mais devant une présentation de carreaux designés par Inga Sempé. C’est vrai que j’arrive un peu après la bataille, cette collection étant sortie depuis 2014, mais ils sont toujours produits et en vente, donc l’info pourrait servir à quelqu’un qui passerait par ici ?!

Mutina - Tratti - Inga Sempé

 

A chaque fois que je craque sur un nouveau truc déco, j’ai comme des envies de refaire tout l’appart. Là, j’hésiterais entre la cuisine et la salle de bain, si j’avais le budget… En même temps, on n’est pas du tout obligé d’en faire un mur entier ou une grande surface (ouf, vous me direz)(vous auriez raison), une frise ou deux peuvent suffire à obtenir l’effet voulu. Je les imagine bien au-dessus d’un plan de travail en bois, deux rangées tout le long, et le reste blanc mat… Bref, je m’égare, je m’y vois déjà 😉

Mutina - Tratti - Inga Sempé

 

Cette collection de carreaux a pour doux nom Tratti (les traits, en italien), et a été créée pour la marque de céramique Mutina. Mutina, c’est un peu la crème de la crème du carrelage design. L’entreprise travaille avec un florilège de créateurs de renom pour dessiner ses collections, dont Patricia Urquiola, les frères Bouroullec, Konstantin Grcic, Rodolfo Dordoni etc… Avec toujours, comme ligne directrice, une grande qualité de finition, un travail quasi artisanal, et des tons essentiellement basiques, blancs, noirs, gris, neutres. On retrouve facilement les différentes lignes sur le site de Mutina ou celui d’Archiproducts. C’est simple : tout est beau.

Ici Inga Sempé, talentueuse et multi-couronnée designer française (cocorico), nous offre une ligne de carreaux carrés, de 10X10 cm, en grès cérame au fini mat, à poser sur les murs comme au sol. Ils sont vendus soit par boîtes d’un motif, soit en boîtes de motifs patchwork, car tout se marie parfaitement. Trois couleurs neutres sont proposées en uni et pour les fonds : Blanco, Beige, Grigio. Et surtout les huit imprimés différents donnent son nom à la collection « Tratti », graphiques mais très spontanés, comme crayonnés (le dessin, c’est de famille), dans un esprit légèrement japonisant et enfantin en même temps : Epi, Acqua, Croix, Feutre, Triple, Ligne, Croisée, Tiers.

 

Mutina - Tratti - Inga Sempé

Mutina - Tratti - Inga Sempé

Mutina - Tratti - Inga Sempé

Mutina - Tratti - Inga Sempé

Mutina - Tratti - Inga Sempé

Mutina - Tratti - Inga Sempé

Mutina - Tratti - Inga Sempé

Mutina - Tratti - Inga Sempé

 

Revenons un peu sur terre : le prix de ces petites merveilles est un tantinet chérot, autour de 98 euros la boîte de 0,88 la boîte et 108 euros le mètre (sur TileExpert), parfois plus, notamment dans la boutique près des Halles où je les ai vues…

Ah ! et sinon, il y a le plaisir des yeux, c’est bien, aussi, le plaisir des yeux 🙂

inspirations

Lampe baladeuse

13 mars 2016

Bonjour à tous ! Je regrette bien d’avoir fait la morte pendant plus d’un mois, mais comme indiqué sur la page Facebook (désolée pour ceux qui ne sont pas dessus, c’est le seul lien que j’avais…), le blog a connu un « petit » bug… WordPress ne me reconnaissait plus,  je ne pouvais plus me connecter et accéder à mon tableau de bord. Et comme mes compétences pour résoudre ce problème sont très minces (euphémisme) et que j’ai très peu de temps à y consacrer, ça a traîné. Bref, c’est parti comme c’est venu, ça fonctionne à nouveau, allez savoir pourquoi comment, en tous cas, me revoilà 🙂

 

Pour ce retour en fanfare (oui, bon, ça va, hein… )(on peut rêver), une petite série d’inspiration issue directement de mes pérégrinations devinez où ? Sur Pinterest ! Fastoche 😉

Comment réaliser soi-même une lampe de chevet sympa et pas chère !! C’est pas nouveau, nous sommes bien d’accord, mais ce n’est pas grave, au contraire, ça prouve que ça tient toujours la route. Bien sûr, cela fonctionne aussi pour une lampe au-dessus d’un bout de canapé, dans un coin cosy près d’un fauteuil pour bouquiner tranquilou, ou au-dessus d’un plan de travail, d’un bureau, etc… Les images parlent d’elles-mêmes, pas besoin de tuto, d’explications scientifiques, de schémas ou de liste de matériel complexe. Il suffit d’avoir un magasin de bricolage pas loin (ou internet) pour trouver une équerre en bois (ou autre support adéquat), et soit une baladeuse toute faite (sur Etsy, Pretacreer, ou encore Merci, La Redoute, Fleux…), soit pour une version plus économique : une jolie ampoule, une douille esthétique (métallique ou en porcelaine), un cordon électrique gainé de tissu, un interrupteur et une prise.  Ensuite, une perceuse et un tournevis, et si on n’a pas deux mains gauches (c’est pas de bol mais ça arrive), c’est fait en un tour de main.

A noter que quasi tous les exemples sont réalisés avec une équerre/console Ikea… Et pour avoir cherché moi-même une équerre en bois SIMPLE, et bien ça ne l’est pas tant que ça, donc ça peut être une bonne option 😉

Sur certaines images, on reconnait le kit avec ampoule + fil et douille en silicone de Muuto, mais faites gaffe, y’a pas d’interrupteur et de prise (ça s’achète séparément)(sans commentaire)… Pour les budgets généreux et les grands espaces (maison de campagne avec belles poutres par exemple), jetez aussi un oeil aux grosses cordes électrifiées de Christien Meindertsma chez Thomas Eyck !

 

lampe baladeuse

lampe baladeuse

lampe baladeuse

lampe baladeuse

 

lampe baladeuse

Tout plein de couleurs en version tricot dans cette boutique Etsy

lampe baladeuse

Très girly, la version en tricot et tissu Petit Pan de l’Atelier de la Choisille sur Etsy encore

lampe baladeuse

C’est du tout cuit via Pretacreer

lampe baladeuse

Très élégante et pièce unique, avec interrupteur à tirette, chez Les Petits Bohèmes

lampe baladeuse

lampe baladeuse

avec une lampe en béton, via Hello Blogzine

lampe baladeuse

 

Et puis quelques petites variantes aux équerres, si on se sent d’attaque !

lampe baladeuse

lampe baladeuse

lampe baladeuse

lampe baladeuse

lampe baladeuse

 

Alors, qu’en dites-vous ? N’hésitez à me donner votre avis ou partager votre expérience de bricoleur/bricoleuse du dimanche dans les commentaires 😉

 

 

complément d'objets

Le fauteuil Paulistano

31 janvier 2016

Me revoilà (c’est pas trop tôt…), oui ça craint un peu, c’est pas comme ça que je pourrai fidéliser qui que ce soit ici, mais bon, on fait ce qu’on peut, hein…

Ah au fait !! Bonne année chers lecteurs 🙂 Ouf, c’était maintenant ou dans un an…

 

Paulistano

Pour fêter ce retour, un coup de coeur design vintage, et pour changer, un fauteuil ! Et par dessus le marché, un fauteuil pas donné, certes, mais qui ne coûte pas non plus un bras, un fauteuil pour lequel il est possible d’économiser, un fauteuil qui ne nécessite pas de casser son PEL, un fauteuil moins cher que le dernier MacBookPro, et qui ne sera jamais obsolète, lui, et sans nécessité de mise à jour 🙂 Misère je fais dans le lyrique, maintenant !
C’est ma chère belle-soeur, qui en possède une paire en cuir noir depuis grosso modo 2-3 ans, qui m’a mise sur la voie du Paulistano. The Way of the Paulistano. Parfaitement. Vous aussi vous avez la musique du Wu Tang dans la tête ? Elle hésitait entre deux modèles, un de Bo Concept et celui-ci, et m’a demandé mon avis. Comme les deux fauteuils qui lui faisaient de l’oeil étaient quasi au même prix, je lui ai conseillé de privilégier le Brésilien plutôt que le Danois, en fait le classique reconnu à celui qui ne sortira pas de l’anonymat et a depuis sans doute disparu du catalogue… C’est vrai, c’est un peu snob, mais pas que. Si elle s’en lasse (ce qui m’étonnerait), elle pourra au moins les revendre facilement (à moi, pourquoi pas ?). Cerise sur le gâteau, j’ai depuis le plaisir de m’y installer dès qu’on leur rend visite, et j’affirme sans détour qu’ils sont très confortables, élégants et ont l’allure sobre et légère. Le plus, c’est qu’on peut faire bouger l’assise sur le tube métallique, pour s’installer plus ou moins droit sur le siège, c’est génial !!

Mais arrêtons-nous là pour la petite histoire, et passons à la grande 🙂

Paulistano

Paulistano

 

La ré-édition du Paulistano par une jeune entreprise française est plutôt rocambolesque ! Un excellent article du Monde intitulé « Le fauteuil brésilien made in France » (par leur correspondant au Brésil Nicolas Bourcier) nous décrit les événements par le menu, je vais vous faire un petit résumé (l’article est restreint si vous n’êtes pas abonnés) et insérer quelques extraits (autant faire simple).

Paulistano

Croquis original du Paulistano par Paulo Mendes da Rocha

 

Ce fauteuil a été créé en 1957 par l’architecte brésilien, Paulo Mendes da Rocha, pour meubler les salons du très sélect club athlétique de Sao Paulo, qu’il a construit.

Paulo Mendes da Rocha

Paulo Mendes da Rocha assis dans sa création, avouez qu’il a l’air relax ;-)

Paulo Mendes da Rocha

à Sao Paulo, le club d’athlétisme construit par Paulo Mendes da Rocha

 

Pendant quelques décennies, le fauteuil survit modestement, très peu produit, voire même quasi oublié. Ce n’est qu’en 2003 qu’il est en quelque sorte redécouvert par le Français installé à Sao Paulo Matthieu Halbronn. Flairant la pépite design, il crée avec son frère et un autre associé la maison d’édition Objekto et signe un contrat de droit d’auteur avec l’architecte, dans le but de produire ledit fauteuil. L’idée est de rester sur une production locale, mais suivant un cahier des charges complexe et les normes internationales, avec un prix de vente d’environ 1500$.

« Le Paulistano est un objet compliqué car il ne possède aucune face cachée, explique Matthieu Halbronn. Il ne permet aucun défaut de coupe ni de montage, le tube d’acier et son cuir doivent être parfaits. » 

Mais voilà, ils se confrontent vite à divers obstacles, allant de la réevaluation de la monnaie locale, aux taxes à humeurs variables, à la bureaucratie, à une logistique défaillante, à un contrôle qualité peu scrupuleux qui oblige à toujours tout revérifier, aux fluctuations du marché des matières premières, et au manque de choix qualitatif en acier et cuir. Entre autres.

« Le Brésil sait faire pour de grosses chaînes de production, dit-il, nous nous sommes aperçus qu’il n’était pas équipé pour des fabrications design et de petites séries. »

Bref, afin de baisser les coûts, dès 2006, ils décident de délocaliser la production en France !!

« Aujourd’hui, l’acier de la structure du Paulistano est coulé dans les Alpes, en France pour l’acier et l’inox, en Italie pour l’acier carbone. Le cintrage et la soudure des barres sont réalisés en République Tchèque. Le cuir est tanné et teint végétalement à Rodez par une entreprise qui travaille aussi avec Hermès. La toile est tissée dans les Vosges, « à un coût qui n’est pas plus élevé qu’au Brésil », la couture est faite près d’Alès (Gard) et la sellerie piquée en Vendée. La dernière finition des barres de métal a lieu à Marseille, à quelques mètres du bureau d’Objekto. »

C’est pas beau, ça ??!!!

 

Paulistano

le Paulistano pour tous les goûts

 

On trouve le Paulistano dans les bonnes crèmeries design habituelles, et chez Objekto bien sûr. Il existe en plusieurs coloris, avec des assises en cuir mais aussi en toile, et même en maille métallique. On trouve des collections limitées comme celles éditées avec Missoni, par exemple. Et puis il existe aussi en version chaise de bureau, avec un piétement à roulettes (je suis moins fan, j’avoue)(et puis c’est nettement plus cher). La partie tubulaire en métal elle aussi varie selon les cas, en métal chromé, en noir, en blanc, etc…

Paulistano Missoni

les versions Missoni

Paulistano

la version bureau

 

Et maintenant, on file se rincer l’oeil avec des Paulistano dans de jolis intérieurs 🙂

Paulistano

Paulistano

Paulistano

Paulistano

Paulistano

 

Et dehors, il va très bien aussi ! Après tout, il est Brésilien, il se plait au soleil 🙂

Paulistano

 

J’espère que vous aussi avez été charmés par cet élégant fauteuil ! (toutes les photos ont été trouvées sur Pinterest)

Oserais-je vous dire à très vite ? bah non… c’est trop risqué… 😉 A la prochaine fois, c’est plus sûr !

 

 

inspirations

La vie en rose

9 décembre 2015

Les temps derniers ont été bien rudes… On morfle.

Je me suis dit qu’un peu de douceur nous ferait du bien à tous, du cocon, du douillet, du féminin… du rose, quoi. Ca vous dit ? Oui le rose en déco peut en effrayer certains, mais on ne parle pas ici de rose Barbie, Malabar, girlie. Non, là on plonge dans le pastel, le soyeux, le rose poudre, le « blush », le rose tendre, moelleux, et je vous assure que ça peut plaire à tout le monde, même aux messieurs ! (si on n’en met pas partout…)

Puisque les images parlent d’elles-mêmes, on se passera de longs discours. Dès la première, de toutes façons, on se sent un peu apaisé (et on a envie de faire une sieste). Je vous réserve notamment une belle série de canapés roses, vous m’en direz des nouvelles 🙂

 

rose

Linge de lit en lin lavé, une promesse de douceur

étagère rose

une étagère style vintage via lepetitflorilège

armoire rose

belle armoire rose tout doux, via vtwonen

déco chaise rose

une chaise Tolix rose pâle, via decor8

deco chaises roses

chaises scandinaves en bois peint, facile à reproduire, via frydogdesign

chaise rose

chaises en plastique moulé, via frenchbydesign

canapé rose

esprit scandinave via Nalles House

canapé rose

Dans le studio photo de Jeremy Harwell, via Dust Jacket

déco canapé rose

je bloque sur ce canapé !! via interiorsporn

canapé rose

photo Marcus Lawett, via 79ideas

déco méridienne rose

confortable méridienne capitonnée, via le tumblr decordesignreview

rose tapis fauteuils

visuel pour les tapis de cc-tapis, via artnau

deco rose

visuel pour la « Gradient lamp » de Studio WM, via artnau

déco mur rose

la bonne idée du mur peint aux 2 tiers, via apartment34

déco mur rose

décidément ça marche très bien avec du noir… via nordicdesign

chambre déco rose

à Bruxelles, via thesocialitefamily

déco mur rose

mur rose dragée via shopsweetthings

déco mur rose

séjour ambiance vintage via SFgirlbybay

salle de bain rose

salle de bain aux carreaux rose pâle via thedesignfiles

 

Et la bonbonnière chic pour terminer, genre boudoir géant (le lieu comme le gâteau)… Faut pas trop en manger sinon on risque l’intoxication, mais mine de rien ça en jette 😉

restaurant Sketch Londres rose

le restaurant Sketch à Londres

 

J’ai mis le paquet, mais fallait au moins ça.

Portez-vous bien !

inspirations

Carreaux blancs sur joints noirs

11 novembre 2015

Une association vieille comme la nuit des temps, mais qui n’a pas pris une ride : l’association du carrelage blanc et des joints noirs.
Intemporel, indémodable, graphique, moderne ou classique, pas de chichis, ça va avec tout !

Aller, on part s’inspirer !

On commence par les salles de bain et la première image, trouvée hier matin chez The Socialite Family, est celle à l’origine de ce post 🙂 J’aime beaucoup l’association du motif géométrique d’une grande sobriété avec la douceur du bois naturel !

 

salle de bain

la salle de bain de Marie Gas, via the socialite family

salle de bain

le sol et le tablier de la baignoire en petits carreaux blancs adoucis par les paniers au sol, via planete deco

salle de bain

une rénovation de salle de bain réussie par Capree Kimball, via poppytalk

salle de bain

esprit début de siècle, via desire to inspire

salle de bain

salle de bain rétro, via design sponge

salle de bain

très contemporaine, par Katty Schiebeck à Barcelone, via somewhere i would like to live

salle de bain

association très graphique de carreaux carrés et rectangles, via twothirtyfivedesigns

 

Sympa, n’est-ce pas ? On poursuit avec les cuisines !

cuisine

une cuisine graphique avec un tapis berbère pour équilibrer, via Miluccia

cuisine carrelage blanc

décidément, avec le bois, ça fonctionne très bien ! via Pinterest

cuisine carrelage blanc

j’aime beaucoup l’organisation des longs carreaux dans cette cuisine rustique, via refinery29

cuisine carrelage blanc

et du carrelage partout, c’est fou ! via my scandinavian home

cuisine carrelage blanc

inspiration scandinave encore, via dust jacket

cuisine carrelage blanc

les carreaux type métro posés verticalement, via remodelista

 

cuisine carrelage blanc

dans un café japonais, via Flickr

bar carrelage blanc

au bar du café Feast of Merit à Richmond, via her creative

 

Ah ! Un autre truc cool à propos de Pinterest, où je déniche une grosse partie de ces images, c’est qu’on y trouve aussi des tutos pour poser le carrelage (et des tas d’autres choses) ! Il y a plein d’autres motifs possibles avec les carreaux métro mais voici un échantillon 🙂

2aed85573ab21fe0dd7fd32a83f51465

 

Voilà pour ce petit tour du monde du carrelage blanc sur joints noirs ! Je ne suis pas sectaire, j’aime aussi le carrelage noir sur joints blancs 😉

Ha ! J’oubliais… Si vous trouvez que le contraste est trop dur avec les joints noirs, veillez à ce qu’ils soient bien fins ou utilisez plutôt du joint gris !

Bonne soirée à tous !

complément d'objets lumière

J’hésite…

19 octobre 2015

Dans le genre irrégulière sur le blog, je me pose là… En ce moment, j’avoue que passant beaucoup de temps sur le net pour le boulot, je n’ai parfois pas envie d’y passer encore toutes mes heures de temps libre. Même Pinterest, j’y vais moins, c’est dire ! Alors encore un post sur du luminaire, c’est vrai, mais qu’est-ce que vous voulez, j’adore ça 🙂

Et puis voilà : je voudrais de nouvelles lampes de chevet. Je ne suis pas satisfaite des miennes façon lampe en papier japonaises pas chères de chez Habitat. Elles sont mignonnes mais si légères qu’on les fait tomber tout le temps, ça m’énerve un chouilla… Quand, vendredi dernier en faisant un saut au Printemps Haussmann dans les étages consacrés à la maison, je tombe (je re-tombe, en vérité) sur des petites lampes colorées qui me font craquer depuis un certain temps, l’envie de changement refait surface (je n’ose pas dire le besoin, ce serait exagéré). J’arrive à les zapper de mes pensées quelques temps et à chaque fois que je les croise (un coup au BHV, un autre au Bon Marché…), je fonds. Les deux modèles qui me font de l’oeil sont très proches dans les displays des rayons de luminaires, et sont tous les deux faciles à vivre. Alors forcément j’hésite…

Je vous fais les présentations ?

La lampe Blom d’Andreas Engesvik pour Fontana Arte date de 2013. La forme s’inspire d’une fleur avec les pétales (en polycarbonate) que l’on peut faire tourner pour régler l’intensité de la lumière. Le diffuseur est en polyéthylène blanc laiteux façon opaline, et le socle en aluminium peint. On la trouve en 4 couleurs différentes au départ : rouge, gris clair, vert clair et jaune, et depuis d’autres teintes ont été créées : blanc, noir, vert émeraude, et aussi en bleu bientôt en exclusivité ici.

Elle mesure 24 cm et coûte autour de 130 euros.

Lampe-a-poser-Fontana-Arte-BLOM-Lampe-a-poser-Vert-9989-473

lampe Blom Fontana Arte

Lampe Blom Fontana Arte

Lampe Blom Fontana Arte

 

La lampe Doll de Ionna Vautrin pour Foscarini a été créée en 2012. Sa forme s’inspire des poupées japonaises Kokeshi, en bois peint. Son corps est en plastique coloré et la tête bulbe en verre soufflé, et un anneau noir opère une joli contraste entre les deux parties. Elle se décline en gris taupe, gris beige, rouge foncé et vert anis.

Elle mesure 22 cm de haut et coûte autour de 160 euros.

 

 

Lampe Doll chez Foscarini

Lampe Doll Foscarini

 

Lampe Doll chez Foscarini

Lampe Doll chez Foscarini

 

On les trouve aux endroits habituels : jolis rayons de luminaires des grands magasins, boutiques spécialisées partout en France, et sur internet chez Madeindesign, Lightonline, Archiproducts, Uaredesign…

J’ai une légère préférence pour… les deux. On n’est pas rendu 😉 Je me lance, ok, mais dans quelle direction ?

PS : ma moitié me fait remarquer qu’avant d’honorer nos chevets de jolies lampes design, je ferais bien de les débarrasser de tout leur bazar (surtout présent de mon côté, j’avoue, j’entasse)… Pas faux 🙂

 

 

 

 

inspirations

Des cuisines modernes en bois, le retour

2 octobre 2015

Dans la vraie vie, tout le monde est loin de pouvoir s’offrir une cuisine sur-mesure. Il faut être honnête, un cuisine en bois massif de qualité, ça peut coûter une blinde sauf si on sait la construire soi-même, et dans ce cas, c’est beaucoup de temps qu’il nous faut (et aussi avoir une autre cuisine en attendant…).

Pour l’article sur les jolies cuisines modernes en bois (d’il y a longtemps, oui, je sais…)(faut suivre), c’était relativement simple, j’ai pioché dans mon tableau Pinterest sur les cuisines, creusé un peu, choisi les plus chouettes, et comme d’hab cherché les sources (très fastidieux). Peu importait, au fond, combien elles coûtaient et si on pouvait les trouver chez nous, ce qui comptait, c’était le design, le coup de coeur, le plaisir des yeux.

Maintenant, tentons de plonger dans notre marché franchouillard de la cuisine « abordable ». Autrement dit, allons chez Ikea, Darty, Conforama, But, Lapeyre, Cuisinella, Arthur Bonnet, Schmidt, Mobalpa, Hygena, Oskab, Aviva, etc… Toutes ne sont pas au même prix ni produites au même endroit, et puis le délai de livraison peut beaucoup varier. C’est normal, quand c’est fabriqué à la commande (ou presque), c’est plus long que quand on se contente de récupérer des éléments pré-emballés dans un entrepôt… Parfois, c’est vous qui faites le boulot de conception du plan et c’est vous qui l’installez, d’autres fois un pro s’en charge pour vous de A à Z. Et puis les délais de garantie ne sont pas tous les mêmes non plus (et ce n’est pas la plus chère qui a la plus longue garantie). C’est trompeur mais, dès qu’on sort un peu des sentiers battus et qu’on veut faire les choses vraiment bien (c’est-à-dire adaptées et optimisées pile poil pour sa cuisine), ben les prix se lissent un peu, surtout que vous trouverez TOUJOURS une promo quelque part, notamment sur l’équipement en électro-ménager.

Le hic avec les catalogues des cuisinistes, hormis certains qui font de vraies photos dans de vraies cuisines, c’est qu’ils sont souvent assez moches, très effet 3D… On ne pourra pas y couper ici, malheureusement, sinon je n’aurais que des visuels Ikea à vous montrer…

Quand on parle du loup… On attaque avec 2 cuisines avec les façades en bois Hyttan de Ikea, via DecoIdees et via The Socialite Family.

cuisine bois ikea

cuisine bois ikea

cuisine bois ikea

 

Faisons un tour chez Darty avec les modèles Toasté et Noisette…

cuisine bois darty

cuisine bois darty

 

Chez Lapeyre, je vous conseille d’aller voir en magasin, les visuels proposés sont assez moches et c’est d’ailleurs plus classique, dans l’ensemble.

cuisine bois lapeyre

 

Chez Oskab, la cuisine Ipoma a plutôt fière allure.

cuisine bois oskab

 

Et chez But, on trouve différentes teintes de bois aussi, avec la cuisine Idéalis !

cuisine bois But

 

Chez Cuisinella, pas mal de choix, notamment dans la gamme Wooden.

cuisine bois cuisinella

cuisine bois cuisinella

 

Chez Mobalpa, des façades en chêne massif effet « bois scié » dans la gamme Astrée.

cuisine bois mobalpa

 

Chez Aviva, le bois et le verre s’intègrent impeccablement, pour une allure très légère.

cuisine bois aviva

 

Et on termine ce tour d’horizon des cuisines en bois par Schmidt, qui a une gamme particulièrement réussie, je trouve (gammes Artwood, Aragon et Dakota en bois et Arcos et Portland en mélaminé).

cuisine bois schmidt

cuisine bois schmidt

 

Pour finir, je vous suggère un peu de lecture : cet article de deco.fr et cet autre de CôtéMaison ! De toutes façons, se décider pour une cuisine, ça prend du temps, c’est un investissement, mais c’est fait pour durer : alors pas de précipitation !